La cavalière

La cavalière viendra avec le soir

Rentrée littéraire 2017  chez ELLA Editions

 

Pourquoi Marie ?

Marie de bourgogneAu détour d’un week-end de février 2001, j’entrai dans l’exposition consacrée à Marie de Bourgogne, à l’hôtel-Dieu de Beaune.

Je venais de pénétrer cette période contrastée où le luxe de la vie à la cour de Bourgogne, voisinait avec la misère des populations soumises à la dureté des temps.

Je venais surtout de rencontrer Marie, l’unique héritière de Charles le Téméraire, son univers passionné et intégral, et son fulgurant destin qui bousculera tous les pions de l’échiquier européen.

Je ne suis pas historienne mais j’aime raconter des histoires qui peignent notre condition d’humains, dans une quête de l’intime vue depuis une époque, un lieu, un croisement de personnages.

Si les chroniqueurs de cour ont dépeint la vie officielle, nul n’a évoqué les émotions de la jeune duchesse. C’est ce chemin que j’ai voulu parcourir avec Marie, qui nous parle d’être femme depuis la nuit des temps.

 

 

RESUME (provisoire)

 

Dans un XVè siècle où l’unique but de la femme est le mariage et la maternité, Marie de Bourgogne est la plus riche héritière d’Europe. Tandis qu’elle rêve d’amour éternel, sa main est cent fois promise par son père, Charles le Téméraire, à des fins d’alliances stratégiques.

Orpheline de mère à huit ans, elle n’a que vingt ans à la mort de son père, et devra livrer de nombreuses batailles politiques et personnelles. Sa vie publique lui semble une ascèse, un monde vertical comme une montagne qui monte jusqu’au ciel : Dieu, le roi, le père, les hommes, et toute la hiérarchie sociale, une montagne au pied de laquelle s’enracinent ses origines. 

Pour se confronter aux manœuvres du roi de France, elle aura besoin d’une alliance. Son union avec l’archiduc Maximilien d’Autriche confortera sa dynastie tout en respectant le dernier engagement conclu par son père. Mais pourra-t-elle à la fois triompher comme dirigeante de ses Etats et se réaliser comme épouse et mère ?

Par la force de la psychologie des personnages, l’auteure témoigne de questions atemporelles, vues depuis un moyen-âge qui s’apprête à basculer vers la renaissance, depuis des lieux façonnés par les luttes de pouvoir, depuis des croisements d’histoires, depuis les émotions d’une jeune duchesse à la grâce incandescente qui s’éveille enfant au souffle du matin, et brûle de devenir femme à mesure que le jour languit. Marie de Bourgogne, par son mariage et sa descendance, bousculera les pions de l’échiquier européen.