La cavalière

La cavalière viendra avec le soir

Rentrée littéraire 2017  

ELLA Editions


La cavaliere viendra avec le soir

4è de couverture

 

Margaret lui a balbutié qu’il devait quitter la chambre maintenant, et lui pressant l’avant-bras, elle l’a reconduit jusque dans le couloir. (…)

Des femmes sont entrées.

Longtemps, il a attendu debout devant une fenêtre, les mains derrière le dos, la cervelle tantôt désertée, tantôt fracassée de pensées aléatoires. La porte grince, il se retourne. Les femmes ressortent tête basse. Certaines lui adressent de navrants sourires avant de détourner leurs yeux rougis. (…)

Le soir voile, dans des nuances de gris, les tentures et les meubles. Le feu s’est éteint dans la grande cheminée où gît encore un tronc d’arbre à demi calciné. On a emporté le faucon et fait sortir le lévrier. Les flammes des cierges vacillent autour du lit où elle repose. Lorsqu’il relève la tête, les flammes des bougies dans la nuit noire font des éclats devant ses yeux brouillés. Elles tremblent dans les ténèbres comme les mille facettes du diamant qu’il lui avait offert le premier soir.

Il pose une main sur les deux mains de Marie jointes en prière. Il sent que le temps vient de s’emballer, et que sa course lui échappe. (…)

Lui revient alors la dernière phrase qu’elle a murmurée « La cavalière viendra avec le soir. »

 

Site de l'éditeur

http://www.ella-editions.com/index.html

 

 

Ici communiqué à télécharger

CommuniqueCommunique (331.28 Ko)

 

 

Ici présentation de la conférence

"Fantaisies autour de Marie de Bourgogne"

Fantaisies autour de marie de bourgogne 1Fantaisies autour de marie de bourgogne 1 (139.03 Ko)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roman

Amélie LOUIS

ELLA éditions

ISBN : 978-2-36803-222-0

238 pages – 18 €

 

 

 

 

 

 

Pourquoi Marie ?

Marie de bourgogne

Au détour d’un week-end de février 2001, j’entrai dans l’exposition consacrée à Marie de Bourgogne, à l’hôtel-Dieu de Beaune.

Je venais de pénétrer cette période contrastée où le luxe de la vie à la cour de Bourgogne, voisinait avec la misère des populations soumises à la dureté des temps.

Je venais surtout de rencontrer Marie, l’unique héritière de Charles le Téméraire et d'Isabelle de Bourbon, son univers passionné et intégral, et son fulgurant destin qui bousculera tous les pions de l’échiquier européen.

Les émotions d'alors ont cheminé longtemps. Je ne suis pas historienne mais j’aime raconter des histoires qui peignent notre condition d’humains, dans une quête de l’intime vue depuis une époque, un lieu, un croisement de personnages.

Si les chroniqueurs de cour ont dépeint la vie officielle, nul n’a évoqué les émotions de la jeune duchesse. C’est ce chemin que j’ai voulu parcourir avec Marie, qui nous parle d’être femme depuis la nuit des temps.

 

 

 

Vitrine librairie de la presse