Blog

Ecrire et lire, des chemins pour vivre d'autres vies.

Relire les particules élémentaires

Toute une epoqueOn m’a offert récemment « Toute une époque » d’Ariane Chemin, grand reporter au Monde. Il s’agit de 32 portraits et reportages publiés dans le Monde entre 2005 et 2018 et remaniés. Ce n’est pas cet ouvrage que je souhaite évoquer même s’il est joliment écrit, mais le désir de relire Houellebecq qu’il a suscité chez moi grâce à un texte  titré « Michel Houellebecq, la tour et le territoire ».

Je me suis donc rendue à la médiathèque avec l’idée de prendre au hasard un titre. Mais conformément à ce que prétend l’article, Houellebecq est l’auteur le plus emprunté, et il n’y avait de disponible que « Les particules élémentaires ».

Soupir, je l’avais lu. Vingt ans déjà ? Je décidai d’aller au bout de ma démarche, certaine qu’il y a vingt ans, je ne l’avais pas abordé comme je le ferai aujourd’hui.

A l’époque, j’attendais une intrigue qui m’apparut faible (l’histoire de deux demi-frères, Michel l’introverti, et Bruno le jouisseur compulsif) mais j’avais apprécié l’écriture, même si j’avais le souvenir pesant d’un langage systématiquement cru lorsqu’il s’agissait de parler de sexe.

J’avais oublié à quel point certaines pensées sortaient des sentiers battus. Parfois provocantes mais méritant qu’on s’y attarde vingt ans après.

 « l'univers des cadres moyens et des employés était plus tolérant, plus accueillant et plus ouvert que l'univers des jeunes marginaux »

«  la libération sexuelle est un nouveau palier dans la montée historique de l'individualisme »

Je redécouvre la puissance de sa réflexion sur la société de liberté individuelle, du désir omnipotent, de l'exigence de jouir de tout dans l'immédiateté. Michel et Bruno sont les dommages collatéraux de cette société.

A l’aune de plusieurs années dans la protection de l’enfance, j’ai relu ce livre avec un nouvel éclairage, et compris l’isolement définitif des deux personnages et les troubles de l’attachement qui résultent de l’indifférence de leurs parents.

J’ai admiré l’intelligence émotionnelle qui éclaire l’écriture de Michel Houellebecq. Il m’a fallu vingt ans. Je suis un peu lente.

Cinéma : Under the Silver Lake

Under the silver lake 1« Under the Silver Lake » de l’Américain David Robert Mitchell, un voyage initiatique aux allures de thriller délirant dans Los Angeles.

Sam, trentenaire désœuvré et fauché, se lance à la recherche de Sarah, jeune et énigmatique voisine draguée un soir et qui se volatilise le lendemain.

Son enquête obsessionnelle à travers la ville prend la forme d’un voyage initiatique où il plongera dans les ténèbres décadentes de la Cité des Anges. Les énigmes qu’il doit résoudre sont caricaturales : déchiffrer des messages codés dans les jeux des boîtes de céréales ou en écoutant des disques à l’envers.

Derrière une apparence de joyeux bric-à-brac, c’est l’emprise de l’industrie du divertissement sur la culture américaine qui est explorée.

Je recommande ce film étrange et jubilatoire à ceux qui ont aimé “Mulholland Drive” de David Lynch.

 

 

De la sciure dans les veines

De la sciure dans les veines - David Ramolet, ELLA éditions

 

Résumé

De la sciure dans les veines La Plume est un autiste de 30 ans. Mal accepté dans son village, il s'ouvre à l'affection auprès de Brigitte, une prostituée d'une cinquantaine d'années. Parce qu'ils se sont promis un jour d'assister à un spectacle de cirque. Brigitte et la Plume vont non seulement réaliser leur rêve mais également se faire accepter par les circassiens. Les gens de l'ombre, ceux que le public n'applaudit jamais mais avec qui tout est possible.

David RAMOLET pour son roman « De la sciure dans les veines » a été récompensé par le « Prix solidarité 2013 ».

Lire la suite

Rien n est rouge

Rien n'est rouge de François SALMON

 

Un recueil de nouvelles jubilatoire

à lire absolument pour en voir de toutes les couleurs

 

                          

Lire la suite

La straniera

La Straniera

 

 

La Straniera. Stéphanie Vermot-Outhenin

La Grande Ourse. 176 p. Janvier 2016

 

RESUME

Après sa rupture avec Claudio, son mari, Marianne quitte Rome où elle vit depuis une vingtaine d’années, pour se réfugier chez sa grand-mère dans le Jura. Elle espère ainsi gommer le geste irréparable qu’elle a commis à l’annonce de la trahison de son époux. Dans cette maison où elle a passé son enfance, entre Lorette, sa grand-mère qui l’a élevée, et Dominique, sa mère, taciturne et distante, aujourd’hui décédée, l’angoisse de Marianne ne fait qu’augmenter. Pourtant, jour après jour, confidences après révélations, Marianne relève la tête, ouvre grands ses yeux et trouve enfin la force de briser les chaînes de la culpabilité.

Lire la suite

La terre qui penche

La terre qui Penche de Carole MARTINEZ

 

Gallimard Parution : 20-08-2015. 368 pages.

 

RESUME 

Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent. 
L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. 
Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais? 
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman.

Lire la suite

La petite barbare

La petite barbare

 

La Petite Barbare 

Astrid MANFREDI

Editions Belfond, Août 2015 - 15 € - 160 p.

 

L’AUTEURE

Astrid Manfredi est née le 4 novembre 1970. Elle a suivi des études de littérature française et a créé le blog de chroniques littéraires « Laisse parler les filles ». La Petite Barbare est son premier roman.

 

RESUME
En détention on l'appelle la Petite Barbare ; elle a vingt ans et a grandi dans l'abattoir bétonné de la banlieue. L'irréparable, elle l'a commis en détournant les yeux. Elle est belle, elle aime les talons aiguilles et les robes qui brillent, les shots de vodka et les livres pour échapper à l'ennui. Avant, les hommes tombaient comme des mouches et elle avait de l'argent facile.
En prison, elle écrit le parcours d'exclusion et sa rage de survivre. En jetant à la face du monde le récit d'un chaos intérieur et social, elle tente un pas de côté. Comment s'émanciper de la violence sans horizon qui a fait d'elle un monstre ? Comment rêver d'autres rencontres et s'inventer un avenir ?
La Barbare est un bâton de dynamite rentré dans la peau d'une société du néant. Un roman brut et stupéfiant.

 

Lire la suite

Mort d'un poète

Longtemps après que le poète a disparu, Marianne chante encore dans les rues Tu me fais planer, rêvant un flirt avec toi sur Wight is Wight.

Delpech