roman

Deux hommes de bien

Deux hommes de bien

 

Arturo Pérez-Reverte : né en 1951, a été journaliste, puis romancier. Il est membre de l'Académie royale espagnole.

Traduit par Gabriel IACULLI - Publié au Seuil – Mai 2017

 

Ce roman historique érudit et documenté, nous embarque à la fin du 18è siècle (1780) entre Madrid et Paris.

A Paris, le siècle des lumières s’épanouit. La fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert est considérée comme la plus grande des avancées intellectuelles. Elle est officiellement interdite mais circule sous le manteau si librement qu’elle a déjà connu plusieurs rééditions plus ou moins fidèles.

Au même moment, L'Espagne est soumise au joug de l'inquisition qui réfute toute avancée scientifique contraire aux principes divins. Autant dire que détenir l’Encyclopédie y est totalement interdit.

Mais,  voici que l’Académie royale d’Espagne décide de mandater deux académiciens intègres et courageux pour se rendre à Paris et rapporter les 28 volumes de l’ouvrage.

Il y a du don Quichotte et du Sancho Panza dans ces deux académiciens qui s’enfoncent sur les routes de Madrid à Paris infestées de brigands et jalonnées d’auberges inconfortables pour ne pas dire insalubres. 

Mais ils arrivent tout de même à Paris. Et c’est avec leur étonnement que nous découvrons les rues, les salons, les librairies, mais aussi les mœurs libertines et les agitations politiques prérévolutionnaires.

Evidemment, leur quête de l’Encyclopédie se révèlera difficile : l’édition originale est épuisée, et deux membres de l’Académie opposés à leur mission ont lancé à leurs trousses une crapule chargée de les faire échouer.  Les épreuves traversées feront naître une amitié entre ces deux hommes, l'un militaire et l'autre homme d'église, qui entretenaient au départ une distance polie.

Mais l’originalité de cet ouvrage ne réside pas tant dans l'intrigue que dans sa construction autour de deux trames temporelles. L’auteur imbrique à l'intérieur du roman une autre histoire  où il nous explique au fil du récit, comment il a construit son roman historique. Le lecteur a un œil au-dessus de l'épaule de l'auteur tandis qu’il  se documente, qu’il fait des repérages, qu’il doute, et participe ainsi à l’œuvre en train de se créer.

 

 

La straniera

La Straniera

 

 

La Straniera. Stéphanie Vermot-Outhenin

La Grande Ourse. 176 p. Janvier 2016

 

RESUME

Après sa rupture avec Claudio, son mari, Marianne quitte Rome où elle vit depuis une vingtaine d’années, pour se réfugier chez sa grand-mère dans le Jura. Elle espère ainsi gommer le geste irréparable qu’elle a commis à l’annonce de la trahison de son époux. Dans cette maison où elle a passé son enfance, entre Lorette, sa grand-mère qui l’a élevée, et Dominique, sa mère, taciturne et distante, aujourd’hui décédée, l’angoisse de Marianne ne fait qu’augmenter. Pourtant, jour après jour, confidences après révélations, Marianne relève la tête, ouvre grands ses yeux et trouve enfin la force de briser les chaînes de la culpabilité.

Lire la suite

GA BU ZO MEU

Message aux bacheliers

Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir....

 Proverbe SHADOK
     

En d'autres termes...  Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche...

 

Week end à la Chapelle Saint André

Les 17 et 18 mars, de belles rencontres au festival du livre de La Chapelle Saint André : Evelyne Dress actrice, auteure, réalisatrice qu'on ne présente plus, et Carolle Borda une auteure toute en émotion, le plaisir d'un échange avec Yannick Petit pour préparer mon interview pour l'émission wagon livres du 18 avril (mais nous en reparlerons), un accueil exquis par Alain et sa femme et plein d'auteurs sympas. Bref, un pur bonheur... mais pas beaucoup de lecteurs. On a eu le temps de causer.

opps !!!

Opps !!! Nothing here.

C'est ce qu'affirme le site Muze quand je cherche Amélie Louis.

Il faut les alerter. Un magazine littéraire qui passe à côté de Zoo de campagne.

Non mais.